Quelles sont les embûches de la colocation ?

Vous êtes propriétaires d’un appartement à la location.
Vous avez des cohortes de candidats qui sont souvent de jeunes étudiants qui souhaitent devenir prendre le logement en co-location.

Quelles précautions particulières faut il prendre?


 

Le problème de la co-location multiplie les débiteurs et peut rendre difficile le recouvrement des loyers et charges ou des réparations locatives.

La parade essentielle consiste à inclure dans le contrat une clause de solidarité.

Cela signifie que chaque co-locataire pris individuellement sera responsable solidairement de toutes les clauses et conditions du bail.

La clause de solidarité peut concerner les loyers : le bailleur s’adressera au co locataire de son choix pour se faire payer le loyer.

Une telle clause peut également concerner les dégradations, mais également le cautionnement. Il suffira au propriétaire de se retourner contre un seul de ses co-locataires.

En cas de congés, la jurisprudence a reconnu depuis plusieurs années que le congé délivré par le propriétaire à un seul des co-locataires est valable et suffit à mettre fin au bail. (Cour de Cassation, Chambre civile – 24 mars 1999).

A l’inverse, un congé donné par un seul des co-locataires ne peut mettre un terme au bail. Celui ou ceux qui restent demeurent solidaires de la poursuite des obligations du bail et en particulier du paiement des loyers.

Enfin, l’état des lieux établi en la présence d’un seul des co-locataires est parfaitement valable et engage tous les autres.

La clause de solidarité présente donc l’avantage essentiel d’effacer les effets de la pluralité de locataires.

Elle peut être rédigée de façon générale et très simple dans les termes suivants :

« Les co-locataires soussignés s’engagent solidairement à répondre de toutes les clauses et obligations du présent bail ».


Posez nous directement votre question via notre formulaire

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.