Victime d’un accident : vous êtes convoqué à une expertise médicale, comment vous comporter ?


 

L’expertise médicale est essentielle dans le processus de réparation du préjudice corporel.

Pour être indemnisé, il faut que vos séquelles soient fixées de façon convenable et juste. Elles doivent donc l’être par des médecins-experts.

L’expert peut être désigné par la compagnie d’assurance adverse qui va vous indemniser. L’expert est alors payé par la compagnie.

Si vous engagez une procédure judiciaire, il peut être désigné, en référé, par le Président du Tribunal. Vous payez alors l’expert selon des montants fixés par le Tribunal. Important : ces frais sont récupérables sur la partie adverse à l’issue de l’indemnisation.

L’expertise judiciaire offre de toutes les façons plus de garanties que l’expertise amiable.

En tout état de cause, quelle que soit la nature de l’expertise, N’Y ALLEZ PAS SEUL !

En face de vous vous aurez certainement des médecins-conseils de compagnies d’assurances ou des conseils de la partie adverse qui tenteront, d’une façon ou d’une autre, de peser sur la décision de l’expert qui aura à rendre un rapport.

Si vous êtes seul, vous risquez d’être en situation de faiblesse et ne pas pouvoir vous exprimer ou de faire valoir tous vos moyens.

Il est donc essentiel que vous soyez assisté par un médecin et également par un avocat spécialisé.

Pourquoi ?

Tout d’abord parce qu’on ne sait pas toujours exposer clairement soi même toutes les conséquences d’un accident dans sa vie intime, personnelle, sociale, soit par pudeur, soit par incapacité, soit par difficulté de s’exprimer parfois tout simplement. D’une manière générale, chacun peut constater qu’il est très difficile de parler de soi lorsque l’on est diminué.

D’autre part l’avocat est important puisqu’au cours de l’expertise il y aura une discussion médico-légale.

Par exemple, s’agissant de l’incidence professionnelle. Un avocat peut en débattre avec les experts.

L’incidence professionnelle couvre les conséquences qu’aura l’accident sur votre vie professionnelle future : vous ne pouvez plus exercer votre métier, vous devez en changer ou le métier que vous exercez sera plus difficile.

L’Avocat mettra en avant les arguments de nature à convaincre l’expert de relever le poste de ce préjudice.

L’avocat peut aussi intervenir pour faire valoir le préjudice d’agrément, c’est-à-dire la difficulté pour vous de pratiquer une activité sportive ou ludique suite à l’accident.

Bref, le duo médecin/avocat est favorable à toute victime dans le cadre de l’expertise, qu’elle soit judiciaire ou amiable.

Enfin, vous ne regretterez pas la dépense d’honoraires que vous aurez à faire pour le médecin et l’avocat pour une raison très simple : c’est sur la base du rapport de l’expert que votre indemnisation va être faite. Si vous omettez un seul chef de préjudice, il est clair qu’il ne sera pas pris en considération par l’organisme payeur ou la compagnie d’assurances.

Etre assisté lors de l’expertise est la garantie que rien ne sera oublié et que tous vos préjudices seront pris en considération.

On considère d’une manière générale que les dossiers ou la victime est assistée, se transigent ou se règlent à des niveaux qui sont de l’ordre de 30% supérieurs à ceux ou la victime était seule tout au long du processus.

Etienne RIONDET
Avocat à la Cour


Posez nous directement votre question via notre formulaire

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.